you let me down

So you've done the best thing to me

When I had nothing to live

You let me down

 

Je me souviens du temps où nous parlions, de la fréquence où nous vibrions

A chaque instant nous cessions de ne soucier sans savoir si ce sentiment ne cesserait

Je me souviens nous nous aimions et de la fréquence de mes pardons

Même si sans toi mon âme n’a pu survivre, le sang de mes larmes m’a redonné la vie

Je prie tous les soirs dans mon lit cette lueur en moi qui voudrait sortir

Pourquoi ai-je tenté de te fuir avant de te voir partir hein ?

Et dis moi pourquoi j’ai si froid, dis le moi encore que j’y crois

Je pourrais te laisser partir qu’une fois après t’avoir fait savoir ça

Depuis le jour où la mort t’as prise je parle dans le vide

Mes pensées s’imprègnent de formes psychédéliques

J’en ai pleuré des litres de sang, le visage blanc

Sans cesse j’entends cette voix qui me hante,

Seul dans le néant j’ai l’amnésie du temps

Ouais depuis je reste distant pour ne plus être perdant

 

So you've done the best thing to me

When I had nothing to live

You let me down

 

You know my heart is so cold, I see the life so blur when you're not with me

When I don’t feel free, when I feel empty

When I'm screaming the pain running after me

You never been the one I could blame to put out the pain

I've never been the one who can stay between the lies and the preys

And since I broke up the memories to play with my fantasy

I feel you so close to me

You gave me a chance to change all the plan

There would never be any end

You let go my hands and I understand

But I don’t believe that you are gone for ever

 

So you've done the best thing to me

When I had nothing to live

You let me down

 

Ma haine ne peux pas être plus pure, ma peine est devenue mon armure

Le mal a perdu dans mes pensées obscures, j’ai comme le sentiment que je viens du futur

Tends les bras et pousse moi, la chute ne pourra que me dévoiler mes pouvoirs

Je n’écoute pas toutes ces voix qui broient du noir quand mes larmes se mettent à pleuvoir à flot

Serait-ce donc toi, ouais, qui me disais que l’amour est roi

Que la douleur n’est qu’une arme qui peut taillader la foie

Peu importe mon état je l’entends résonner en moi

© 2017-2019 by Q.L - Created with Wix.com